Fluidité cognitive et apprentissage : l’importance d’un langage simple

eLearning Expert Talks
11 décembre 2023
Apprendimento

Pensées lentes et rapides

« Si vous tenez à être considéré comme crédible et intelligent, n’usez pas d’un langage compliqué là où des mots simples feront l’affaire ».

Oppenheimer

Daniel M. Oppenheimer, psychologue et professeur à l’Université de Princeton, a écrit cette définition éclairante dans un article intitulé Conséquences de l’utilisation d’un jargon érudit dans des circonstances où cela n’est pas nécessaire.

Je tire cette définition du livre Pensées lentes et rapides de Daniel Kahneman, probablement le psychologue vivant le plus influent, qui a mis en lumière certaines caractéristiques de l’esprit humain, en particulier les deux mécanismes fondamentaux qui régissent nos choix : d’une part, l’intuitionet le choix irrationnel, d’autre part, la logique, la rationalité et le choix réfléchi.

De ces études, on comprend que, contrairement à ce que nous pensons de nous-mêmes, nos choix sont principalement guidés par l’intuition, la pensée rationnelle renonçant souvent à son rôle de contrôle et d’évaluation.

Les études de Kahneman nous permettent, entre autres, de mieux comprendre les dynamiques qui rendent le langage vulgarisateur décisif dans la formation, ainsi que, bien sûr, dans la communication.

Langage vulgarisateur

Le langage vulgarisateur est un élément clé pour un apprentissage efficace, car il facilite la compréhension et la mémorisation des concepts. L’utilisation d’un langage clair et accessible contribue à créer un environnement d’apprentissage inclusif, essentiel pour atteindre les étudiants ayant des compétences et des capacités différentes.

Le vrai secret de la communication est de rendre des concepts complexes compréhensibles, pas de rendre des concepts simples complexes (Albert Einstein). Chez Cyber Guru Italia, nous nous sommes toujours inspirés de cette vision en misant sur un langage clair et efficace. Cela a sans aucun doute été l’un des éléments qui nous a différenciés dans un secteur où il existe une tendance généralisée à l’utilisation d’acronymes et de mots techniques.

Il y a beaucoup de motivations, certaines presque évidentes, qui expliquent l’efficacité du langage vulgarisateur dans la formation, mais l’angle que nous offre Daniel Kahneman est certainement d’un intérêt particulier.

Intuition et rationalité

Comme déjà mentionné, étant donné que les mécanismes fondamentaux de fonctionnement de l’esprit humain sont ceux de l’intuition et ceux de la rationalité, la plupart de nos choix sont dictés par l’intuition, car le psychologue américain appelle SYSTÈME 1, celui qui « agit vite et automatiquement, avec peu ou pas d’effort et aucun sens de contrôle volontaire ».
Nous parlons de ce qu’on appelle le « fast thinking », la « pensée rapide », de ses énormes capacités, mais aussi de ses fréquentes erreurs.

La composante rationnelle, ce que Kahneman appelle le SYSTÈME 2, est celle qui guide les activités mentales les plus exigeantes, nécessitant concentration et attention, avec un rôle qui devrait être le contrôle et l’évaluation de tous les choix instinctifs du SYSTÈME 1.

Cependant, ce système est très paresseux et ne s’active que dans des situations particulières, laissant souvent au SYSTÈME 1 l’ensemble du processus décisionnel.

La division du travail entre le SYSTÈME 1 et le SYSTÈME 2 est très efficace, car elle minimise l’effort et optimise le rendement. En général, le SYSTÈME 1 sait comment faire son travail, mais il est sujet à des erreurs systématiques, appelées biais cognitifs, qu’il a tendance à commettre dans certaines circonstances.

Sentiment de familiarité

Revenons maintenant au lien entre langage vulgarisateur et apprentissage efficace, en rappelant le fonctionnement du SYSTÈME 1, qui fait l’objet de certaines évaluations de caractère « superficiel » liées à une série d’ « illusions ». L’une d’entre elles est ce que l’on appelle l’illusion de vérité, qui est conditionnée par un sentiment de familiarité.

Si le communicateur utilise des mots et des concepts qui nous sont familiers, nous sommes plus enclins à lui accorder de la crédibilité et donc à lui accorder notre attention.

« L’impression de familiarité est produite par le SYSTÈME 1 et le SYSTÈME 2 s’appuie sur cette impression pour déterminer un jugement de vérité/fausseté par rapport à ce qui est exposé ».

Cette impression de familiarité nous transporte dans un état appelé fluidité cognitive, qui nous prédispose mieux à ce que nous faisons et le rend moins exigeant sur le plan cognitif.

Rappelons que le SYSTÈME 2 est paresseux et perçoit l’effort mental comme négatif. Celui qui reçoit le message veut rester à l’écart de tout ce qui lui rappelle un effort.

Conclusions

Un langage simple rend le message et l’ensemble du processus d’apprentissage plus efficaces car :

  • il facilite la compréhension du message,
  • il réduit la charge cognitive associée au décodage du message,
  • il augmente la motivation de l’apprenant à apprendre.

Nous revenons maintenant à la théorie de la charge cognitive (J. Sweller, 1988), selon laquelle la capacité de traitement de la mémoire de travail est limitée ; un langage complexe et compliqué peut augmenter la charge cognitive, ce qui rend plus difficile la compréhension et la mémorisation de nouveaux concepts par l’apprenant.

L’ensemble de l’argumentation peut être rapidement résumée de la manière suivante : grâce au sentiment de familiarité que constitue un langage simple, une illusion de vérité est générée, ce qui favorise un état de fluidité cognitive, qui prédispose l’apprenant à accepter le contenu de la formation transmise.

Nous pouvons donc exploiter une illusion pour générer des effets positifs sur le processus d’apprentissage. Évidemment, les illusions de vérité peuvent également être exploitées pour tromper l’esprit, comme c’est le cas dans le cas des fausses nouvelles… mais c’est un autre discours et nous y reviendrons.

Abonnez-vous à la newsletter

Articles connexes