Crypto-monnaies : attraction irrésistible

cripto-valute

Mais tout ce qui brille n’est pas or

La monnaie a connu une évolution historique bien précise. Au temps des premières civilisations, ce qui circulait était une « monnaie marchandise » (outils, formes métalliques, coquillages, etc.) qui a ensuite évolué vers une « monnaie représentative », c’est-à-dire une monnaie qui avait une contrepartie métallique, généralement en or, pour garantir sa valeur. Au fil du temps, on est passé à la « monnaie fiduciaire » (ou ayant une valeur légale/fiduciaire), les billets en circulation actuels. Le dernier né est la monnaie électronique, ou crypto-monnaie. Il s’agit d’un outil d’échange numérique né en réseau et basé sur les principes de la cryptographie, nécessaires pour la protection des transactions.

En fait, nous parlons d’une monnaie qui n’existe pas sous forme physique, mais qui est générée et échangée exclusivement en réseau en mode peer-to-peer. En substance, chaque transaction individuelle est basée sur un message crypté et signé numériquement indiquant le transfert d’une certaine somme, par accord entre deux parties et sans intermédiaire (banques, institutions financières, etc.).

Créée en 2008, la monnaie électronique a été définie en 2012 par la BCE comme « un type de monnaie numérique non réglementé… ».

En fait, les crypto-monnaies n’ont pas cours légal dans presque tous les coins de la planète et donc l’acceptation comme moyen de paiement se fait sur une base volontaire. En outre, elles ne sont pas réglementées par des organismes centraux gouvernementaux mais sont généralement émises et contrôlées par l’organisme émetteur selon des règles propres auxquelles les membres de la communauté de référence acceptent d’adhérer.

De fait, elles remplissent les principales fonctions exercées par l’instrument monétaire, c’est-à-dire moyen d’échange, unité de compte et réserve de valeur. Elles représentent sans aucun doute un élément perturbateur sur le plan politique et social parce qu’elles remettent en cause le fonctionnement traditionnel des échanges monétaires.

Bref, l’idée à laquelle elles aspirent est précisément celle d’un marché libre, sans contrôleurs, sans péages, sans commissions et sans entraves. Un outil qui se déplace librement sur le net et qui ne subit donc pas les humeurs du politicien en service.

Tout ce qui brille n’est pas or : les risques des crypto-monnaies

Mais, il faut le dire, tout ce qui brille n’est pas de l’or. En effet, ces perspectives de grand développement, de gain et de liberté s’accompagnent également de nombreux risques, précisément parce qu’elles ne sont pas soumises à une réglementation.

En l’absence d’obligations d’information et de règles de transparence, les plateformes d’échange sont exposées à des risques opérationnels et de sécurité élevés. Contrairement aux intermédiaires agréés, personne ne garantit la qualité du service, ni le respect des exigences de fonds propres ou des procédures de gestion des risques. Un scénario qui ouvre la porte à une forte probabilité de fraude et d’exposition à la cybercriminalité.

Les crypto-monnaies jouent un rôle de premier plan dans l’augmentation rapide du coût de la cybercriminalité, qui devrait atteindre plus de 10 milliards d’ici 2025.

Les rançons en crypto-monnaie

Cette monnaie électronique particulière est devenue l’outil privilégié pour le paiement de rançons liées à la cybercriminalité. La crypto-monnaie est un secteur en pleine croissance. En 2016, il a augmenté de plus de 50 % par rapport à 2015. La même année, les entreprises ciblées ont versé à titre de rançon des montants équivalents à 850 millions de dollars, contre 25 millions de dollars en 2015.

Les journaux relatent de nombreux cas similaires. Depuis 2017, avec l’attaque appelée WannaCry, qui a déclenché une épidémie informatique par un virus capable de crypter les fichiers présents sur les ordinateurs, les attaques ne se sont plus arrêtées. Pour décrypter vos données, la seule solution est très souvent de payer la rançon en Bitcoin.

La liste des attaques de ransomware et de leurs rançons est très longue, et les crypto-monnaies sont devenues la monnaie d’échange par excellence dans ces cas.

Recyclage et hacking

La monnaie électronique est devenue la principale méthode de paiement « C2C-criminal-to-criminal » dans le commerce d’outils et de services illicites sur le dark web. Cette monnaie également utilisée pour le blanchiment de cyber-argent. En effet, le pseudo-anonymat garanti par cette forme d’échange et la possibilité de transactions rapides et irréversibles au niveau transnational, constituent certains des éléments de premier intérêt non seulement pour les investisseurs « légaux », mais aussi et surtout pour ceux qui ont intérêt à dissimuler l’origine illicite des produits et à blanchir l’argent en réduisant fortement le risque d’être tracé.

Europol, dans son récent rapport annuel sur la cybercriminalité, a souligné que « les crypto-monnaies continuent d’être exploitées par les cybercriminels et que le Bitcoin est la monnaie la plus utilisée pour opérer sur les marchés de produits illicites et pour recevoir des paiements résultant de cyber-extorsions ».

Selon une étude de Chainanalysis, en 2019, les entités criminelles auraient déplacé un total de 2,8 milliards de dollars en Bitcoin vers les plateformes d’échange de crypto-monnaies. Les sites les plus utilisés seraient Binance et Huobi, deux des plus grandes plateformes de trading au monde, sur les serveurs desquelles transitaient plus de 1,5 milliard de capitaux illicites.

De plus, les échanges de crypto-monnaie peuvent faire l’objet de cyberattaques par le biais d’activités de piratage. L’objectif du hacker est d’acquérir la clé privée, c’est-à-dire le mot de passe, d’un portefeuille virtuel (ou wallet), comparable au compte en banque, dans lequel sont contenues les crypto-monnaies, afin d’en voler le contenu.

Vous souhaitez investir dans les crypto-monnaies ?

Enfin, si vous envisagez d’investir dans des crypto-monnaies, évaluez attentivement les différentes startups et plateformes d’échange disponibles. Il est extrêmement important de rechercher des informations sur la société choisie. Parmi les éléments à prendre en compte, le principal est sans aucun doute de vérifier que les données de transaction détaillées sont suivies via la blockchain. Deuxièmement, il est nécessaire de vérifier que des informations claires sont disponibles sur les plans des affaires, les liquidités en monnaie numérique et, surtout, de toujours vérifier que la société est constituée de personnes réelles.

Parmi les escroqueries les plus couramment utilisées par la cybercriminalité, il y a les attaques via des applications, des sites internet et de faux courriels. Dans ces cas, faites toujours très attention aux détails : des erreurs d’écriture classiques aux URL frauduleuses. Là encore, la règle est de se méfier des offres fabuleuses qui sont proposées via les réseaux sociaux. Les faux comptes peuvent se cacher n’importe où.

Il est certain que la monnaie informatique, qu’elle le veuille ou non, fera de plus en plus partie de notre réalité. Le monde sera de plus en plus numérique et cela concernera aussi les échanges d’argent. Donc attention car l’erreur humaine, un mauvais clic, pourrait engendrer une perte considérable d’argent. Seule une formation adéquate et constamment mise à jour sur les risques liés à l’utilisation des outils numériques peut atténuer ces risques.

En savoir plus sur les parcours de formation de Cyber Guru