Du mythe du roi Midas aux arnaques en ligne, il n’y a qu’un pas…

eLearning Expert Talks
13 novembre 2023
Il mito di Re Mida

Combien d’entre vous se souviennent du mythe du roi Midas ?
Surtout, combien d’entre vous peuvent entrevoir la corrélation entre ce mythe et la cybersécurité ?

Le roi Midas est un personnage de la mythologie grecque, connu pour son « désir » incontrôlable de richesse. En effet, le souverain phrygien Midas reçut de Dionysos, en signe de gratitude pour avoir rendu au dieu son ami Silène, la faculté de convertir tout ce qu’il touchait en or.

Le « don de Midas » était apparemment un privilège extraordinaire : l’expérience de changer des objets communs tels que le bois et les roches en métal précieux était indescriptiblement exaltante. Mais rapidement, le roi Midas se rendit compte que ce privilège n’était qu’une malédiction.

En effet, le souverain ne pouvait plus manger ni boire, car la nourriture et l’eau se transformaient en or dès qu’il les touchait. La situation devint encore plus tragique lorsqu’il embrassa sa fille, la transformant elle aussi en statue d’or.

Désespéré, Midas pria Dionysos de le libérer de la malédiction. Le dieu, ayant pitié de lui, lui enjoignit de se laver les mains dans les eaux du Pactole pour conjurer le sort. Midas suivit les instructions et l’eau de la rivière emporta son pouvoir maudit.

Après cette expérience, il comprit la valeur des choses simples et se libéra du désir et de la cupidité, en se consacrant à l’adoration du dieu Pan, divinité de la nature.

L’histoire du roi Midas contient une leçon profonde sur la nature des désirs et leurs conséquences potentielles. Cela nous permet de comprendre à quel point il peut être risqué de nous laisser entraîner par l’impulsion profonde d’un désir sans penser rationnellement aux conséquences.

En psychologie, on parle de « biais cognitif du désir », ou de « wishful thinking » (pensée désidérative). Il s’agit d’une sorte de distorsion cognitive qui nous amène à croire plus facilement ce que nous espérons être vrai, au lieu de regarder les faits de manière impartiale. C’est comme porter des lunettes qui nous font voir les choses comme nous aimerions qu’elles soient, plutôt que de les voir telles qu’elles sont réellement.

Ce biais peut fausser la perception, le jugement et la mémoire d’un individu, en lui faisant interpréter certaines situations de manière optimiste ou conforme avec ses attentes personnelles, au détriment d’une compréhension réaliste et critique.

Dans un monde dominé par la technologie, les arnaques en ligne prospèrent en exploitant précisément ce biais cognitif. Les publicités de produits miraculeux, les offres imbattables et les opportunités d’investissement qui promettent des rendements incroyables : ce sont toutes des appâts qui reposent sur le désir humain d’obtenir plus avec peu d’effort. Ces escroqueries promettent de l’« or », tout comme le pouvoir de Midas, mais au prix de nos ressources, de notre sécurité et parfois de notre dignité. Ce sont des techniques qui s’appuient sur la tromperie et la manipulation psychologique.

Combien de fois sommes-nous tombés sur des annonces sur les réseaux sociaux, dans lesquelles on nous proposait la « formule secrète pour devenir riche en peu de temps et sans effort ».
Bien que la plupart d’entre nous sachent que ce n’est qu’une illusion, le « biais du désir » peut prendre le dessus. Nous pouvons aussi penser que « jeter un coup d’œil » ne peut pas faire de mal.

Voici comment cela fonctionne :

Désir profond : beaucoup ont le désir inné d’améliorer leur situation financière et d’avoir une vie plus confortable et sans stress lié à l’argent. Du coup, la perspective d’une « formule secrète » titille ce désir.

Ignorer le sens critique : en raison du fort désir de croire que c’est possible, on pourrait ignorer notre propre sens critique ou scepticisme. On pourrait négliger des questions telles que « Si cette méthode est si efficace, pourquoi cette personne la partage-t-elle avec tout le monde au lieu de ne l’utiliser que pour elle-même ? ».

Confirmation sélective : s’il y a des témoignages ou des avis dans l’annonce, le « biais du désir » peut conduire à leur donner un poids plus important, même s’ils sont peu nombreux ou vaguement suspects. On pourrait négliger la possibilité que ces témoignages aient été manipulés ou créés ad hoc.

Minimiser les risques : en raison du « biais du désir », même s’il y a un avertissement sur l’annonce, on pourrait ne pas y accorder beaucoup d’importance, en nous concentrant plutôt sur la promesse miroitante de richesse.

Le « biais du désir » s’appuie sur notre désir profond de succès et de bien-être, nous rendant moins critiques et plus réceptifs aux promesses, même si elles sont « trop belles pour être vraies ». Lorsque nous entrons dans le « tunnel » du désir, nous avons tendance à le suivre jusqu’au bout, en ignorant tous les signaux qui devraient générer de la méfiance.

Dans un monde numérique, plein d’annonces et d’offres, il est donc essentiel d’être conscient de ce biais cognitif pour prendre des décisions éclairées et nous protéger contre les arnaques potentielles.

Agir de manière impulsive peut nous amener à des conséquences très graves. Dans le cas d’une escroquerie financière, cela peut passer par acheter un livre électronique plein de lieux communs et sans aucune utilité pratique, ou par la perte d’informations confidentielles qui peuvent ensuite être utilisées ultérieurement, au mieux pour nous bombarder d’annonces, au pire pour vider notre compte courant en ligne.

Le mythe du roi Midas doit nous aider à réfléchir et nous inciter à activer notre esprit critique, en nous rappelant que toute opportunité « trop belle pour être vraie » est presque certainement une illusion.
Chez Cyber Guru Italie, notre pain quotidien est de générer en vous cette prise de conscience.


Abonnez-vous à la newsletter

Articles connexes