Saint-Valentin, des arnaques qui visent le cœur

Security Awareness
14 février 2024
I consigli pratici di Cyber Guru
Non usare strumenti di lavoro per pubblicare contenuti personali sui social media, prassi che fa parte delle abitudini quotidiane, e rappresenta uno dei punti deboli di molte aziende, per via dell’uso promiscuo degli strumenti di lavoro, come PC e smartphone, che spesso custodiscono documenti riservati. Bisogna quindi essere rigorosi sull’utilizzo degli strumenti di lavoro, senza prestarli, e tenendoli separati da quelli personali potrà già costituire una prima difesa.
Dubitare delle coincidenze: i cyber criminali adottano comportamenti reali, simulando avvicinamenti casuali, senza malizia né eccessivo interesse. Instillare fiducia e creare un’intimità con la vittima richiede tempo, pazienza e molta empatia, e già questo approccio può far suscitare dei dubbi. Le coincidenze poi iniziano ad essere tante: stessi gusti, stesse abitudini, stessa linea di pensiero. Una sintonia quasi perfetta…e proprio per questo sospetta.
Prima di stabilire un contatto, i cyber criminali fanno ‘social engineering’. In altre parole, studiano le loro prede osservando i like e i commenti ai post degli altri utenti per farsi un’idea delle loro abitudini, dei loro desideri e delle loro speranze. Occorre quindi essere vigili e, oltre a chiedersi se gusti così simili non siano frutto di informazioni recuperate facilmente online, valutare sempre con attenzione quello che postiamo.
Come smascherarli: conviene diffidare di una persona sconosciuta, soprattutto se single, che si presenta con una situazione economicamente solida, impegnata in studi importanti o con un buon lavoro e che vive all’estero. Un’ulteriore prova può essere il fatto che il/la corteggiatore/trice non sia disponibile  per un incontro dal vivo. Utile verifica: si può caricare la foto profilo del corteggiatore nel motore di ricerca Google Immagini per verificare che non appartenga ad altri utenti.
Proteggere i propri device: sia professionali che privati, scaricando gli aggiornamenti quando sono disponibili, mantenere i propri profili social privati e non condividere informazioni o file che potrebbero rivelare dettagli personali o dati sensibili, anche indirettamente, come ad esempio postare una foto che mostra la via di casa o il momento della partenza per le vacanze.
Cosa non bisogna mai fare? È meglio evitare di cliccare su link o di aprire un bigliettino digitale di auguri di San Valentino, se arriva da un sconosciuto.

Saint-Valentin, les conseils pratiques de Cyber Guru

En fin de compte, tout le monde aime la romance.
Même les plus cyniques, ceux qui font mine de le snober mais qui au fond aimeraient aussi vivre immergés, au moins pour une journée, dans un nuage rose plein de petits cœurs. C’est pourquoi la Saint-Valentin, célébrée le 14 février, est une fête qui résiste au temps et aux changements sociaux. Bien entendu, il a subi plusieurs transformations au fil des années.

Avant de combiner cette célébration avec le thème de la sécurité informatique, rafraîchissons son histoire. Valentin était un évêque martyr né à Terni en 176 après J.-C. La légende raconte qu’il fut le premier à célébrer l’union entre un légionnaire romain et une chrétienne et pour cette raison il fut choisi comme saint patron des amoureux.

La coutume d’échanger des messages et des lettres d’amour à l’occasion de cette journée remonte au XVe siècle , lorsque le duc d’Orléans Charles, alors qu’il était prisonnier dans la Tour de Londres, écrivait des mots d’amour à sa femme, l’appelant  » sweet Valentina », inspiré d’un vers de Shakespeare Dans Hamlet , en effet, Ophélie récite :

« Demain, c’est la Saint-Valentin et, dès que le jour se lève, moi, étant une fille, je frapperai à ta fenêtre, je veux être ta Valentina ».

Depuis plusieurs années, les messages et communications sur les réseaux sociaux ont remplacé les lettres du passé. Un changement qui ouvre de plus en plus la porte à la cybercriminalité qui s’empare de chaque événement, célébration, anniversaire pour se glisser dans les faiblesses humaines et rapporter le butin. Et la Saint-Valentin n’est certainement pas une fête que les pirates peuvent ignorer.

À tel point que, selon une étude de BioCatch, les escroqueries liées aux relations amoureuses ont augmenté de 19 % dans le monde l’année dernière . La technique adoptée par les criminels consiste à voler des photos de personnes attirantes et à créer de faux profils sur des applications de rencontres ou des plateformes de réseaux sociaux.


Ces escroqueries peuvent prendre différentes formes : parfois une seule personne développe une relation de longue durée avec la victime et lui demande ensuite de l’argent sous n’importe quel prétexte, même pour le voyage pour rencontrer et célébrer le nouvel amour.
Dans d’autres cas, il s’agit de stratagèmes élaborés impliquant plusieurs personnes se faisant passer pour des amoureux et impliquant ensuite les victimes dans des escroqueries au blanchiment d’argent, aux cryptomonnaies ou aux cartes cadeaux.

Même si les méthodes utilisées par les fraudeurs ont évolué au fil du temps, les résultats restent les mêmes : les gens se retrouvent sans le sou et ont le cœur brisé.

Certaines régions ont connu une augmentation particulièrement notable des cas. Amérique du Nord 183 pour cent et région Asie-Pacifique 104 pour cent. Aux États-Unis en particulier, selon la Federal Trade Commission, n 2022, près de 70 000 Américains ont perdu un montant record de 1,3 milliard de dollars à cause des escroqueries amoureuses , soit une augmentation spectaculaire de 138 % par rapport aux 547 millions de dollars de 2021.

Les appels téléphoniques et les messages sont les canaux de communication privilégiés pour les escroqueries, Facebook et WhatsApp étant les plateformes les plus choisies par les fraudeurs, selon un rapport de la Global Anti-Scam Alliance.

Pire encore, il existe une certaine réticence à signaler, de peur de montrer son côté le plus fragile, et en effet, seulement 59% des personnes concernées ont signalé à la police avoir été victime de ce type d’arnaque ..

Les tranches d’âge les plus touchées sont celles de 55 à 64 ans avec une augmentation en 2023 de près de 49 % par rapport à l’année précédente. Toutefois, ceux qui ont subi les pertes les plus lourdes sont les personnes âgées de 65 à 74 ans.

La Saint-Valentin à l’heure de l’intelligence artificielle

Dans ce chaos de situations liées à des aspects délicats, comme les aspects relationnels, se chevauchent les dernières découvertes de l’intelligence artificielle avec lesquelles se construisent des profils de personnes, principalement des femmes, avec des traits et un physique parfaits qui attirent des milliers d’adeptes mais qui en réalité n’existent pas. Ce sont des créatures virtuelle.

Parmi celles-ci, la mannequin espagnole d’IA Aitana Lopez qui, grâce à son activité sociale, parvient à gagner environ dix mille dollars par mois, ou Emily Pellegrini, l’influenceuse d’IA qui a conquis le cœur de nombreux VIP et footballeurs qui lui ont envoyée des messages privés pensant que c’était vrai, ou encore Rebecca Galani, arrivée en Italie il y a quelques mois. Rebecca a déjà gagné plus de 15 000 followers, enchantés par son attrait blond et sa taille scintillante et prêts à payer pour le contenu très explicite qu’elle propose .

Rebecca Galani, le premier mannequin italien généré par l'intelligence artificielle

Rebecca présente également quelque chose de nouveau par rapport à ses « collègues » : une phrase qui apparaît dans sa bio Instagram : « Demandez-moi ce que vous voulez, je réponds via mon bot-AI ». Une fonction qui consiste en la possibilité d’utiliser des messages directs, comme on le fait avec ChatGpt. À tel point que le journal Wired a discuté avec elle..

Ce que nous avons vu dans le film She (Her) , sorti en 2013 et mettant en vedette Joaquin Phoenix , et qui pour beaucoup semblait aller trop loin en racontant la relation entre un homme et une machine, est devenu réalité plus tôt que nous l’imaginions.

Même si cela peut paraître triste et désespéré, il n’y a rien de mal s’il s’agit d’un choix conscient.
Le problème se pose lorsque vous échangez une image virtuelle avec une personne réelle et que vous y investissez émotionnellement et économiquement. Découvrir la vérité peut vraiment être un réveil brutal

Comment se défendre ?

Simple, en devenant plus intelligent sur le web, en apprenant à identifier les détails et en vous posant toujours beaucoup de questions sur la « personne » avec laquelle vous vous connectez .
Bref, en dépit de l’ambiance de la Saint-Valentin, il faut mettre de côté les envies et la sentimentalité et développer une attitude plus distanciée, curieuse et attentive.
Mais seul, on peut manquer de ressort pour y parvenir. Mieux vaut s’appuyer sur des plateformes de formation fiables qui peuvent nous accompagner vers une prise de conscience des nombreux risques que nous courons en ligne.


Les conseils pratiques de Cyber Guru

  • Ne pas utiliser les outils de travail pour publier du contenu personnel sur les réseaux sociaux , une pratique qui fait partie des habitudes quotidiennes et qui représente l’un des points faibles de nombreuses entreprises , en raison de l’utilisation abusive d’outils de travail, tels que les PC et les smartphones, qu’elles utilisent souvent. conserver des documents confidentiels Il faut donc être rigoureux sur l’utilisation des outils de travail, sans les prêter, et les séparer des outils personnels peut déjà constituer une première défense.
  • Douter des coïncidences :les cybercriminels adoptent des comportements réels, simulant des approches désinvoltes, sans méchanceté ni intérêt excessif. Instaurer la confiance et créer une intimité avec la victime demande du temps, de la patience et beaucoup d’empathie, et cette approche à elle seule peut susciter des doutes. Les coïncidences commencent alors à être nombreuses : mêmes goûts, mêmes habitudes, même ligne de pensée . Une harmonie presque parfaite… et pour cela même elle est suspecte.
  • Avant de prendre contact, les cybercriminels font de l’« ingénierie sociale » . Autrement dit, ils étudient leurs proies en observant les likes et les commentaires sur les posts des autres utilisateurs pour se faire une idée de leurs habitudes, de leurs envies et de leurs espoirs. Il faut donc être vigilant et, en plus de se demander si ces goûts similaires ne sont pas le résultat d’ informations facilement accessibles en ligne, il faut toujours évaluer attentivement ce que l’on publie.
  • Comment les démasquer : mieux vaut se méfier d’un inconnu, surtout célibataire, qui se présente avec une situation économique attrayante, engagé dans des études importantes ou avec un bon travail et qui vit à l’étranger. Une autre preuve peut être le fait que le prétendant n’est pas disponible pour une rencontre en personne. Vérification utile : vous pouvez télécharger la photo de profil du prétendant sur le moteur de recherche Google Images pour vérifier qu’elle n’appartient pas à d’autres utilisateurs .
  • Protégez vos appareils : professionnels et privés, en téléchargeant les mises à jour lorsqu’elles sont disponibles, en gardant vos profils sociaux privés et en ne partageant pas d’informations ou de fichiers qui pourraient révéler des données personnelles ou sensibles, même indirectement, comme la publication d’une photo vous montrant loin de chez vous ou en partant en vacances.
  • Qu’est-ce qu’il ne faut jamais faire ? Il est préférable d’éviter de cliquer sur des liens ou d’ouvrir une carte numérique de Saint-Valentin si elle provient d’un inconnu.
ISCRIVITI ALLA NEWSLETTER

Articoli correlati

Arnaque par SMS : un éternel recommencement

Arnaque par SMS : un éternel recommencement

Le dernier cas de smishing ravive une peur qui ne doit jamais s’éteindre Plus que des armes, des visages cachés, des fuites rocambolesques et des actions dangereuses. Aujourd’hui, pour vider un compte courant, il suffit d’envoyer un SMS. La dernière victime en date a...

lire plus